JUANJUI | Les producteurs de cacao cultivent l’avenir de la planète

REPORTAGE | Et si l’on ouvrait les chakras ? Pour cette étape un peu particulière, direction la selva du Pérou (Amazonie péruvienne) à la rencontre des coopératives et producteurs de cacao qui entretiennent chaque jour les poumons de notre planète.

 

4 août 2017 | Pullcallpillo

7h00, départ de Juanjui dans la région de San Martin au Pérou. Nous partons pour une semaine en immersion complète au sein des communautés productrices de cacao du ‘Bosque Modelo Rio Huyabamba-Abiseo’ aux abords de la forêt amazonienne. ‘Bosque Modelo’ ? Littéralement, une « forêt modèle ». Plus explicitement, un modèle forestier novateur constitué d’usages différents de la terre et reposant sur l’organisation et la valorisation d’acteurs partageant une vision commune de durabilité. Place au récit…

Après plus de trois heures à naviguer sur le fleuve Huyabamba, nous voilà arrivés au sein de notre première communauté : Pullcallpillo.

Nous sommes instantanément plongés dans une autre réalité. Pullcapillo est une petite communauté composée d’une cinquantaine de « socios », comprenez, un producteur et sa famille. Ici, aucun réseau cellulaire et une seule ligne téléphonique est disponible pour l’ensemble du village. La télévision, bien présente, ouvre l’unique fenêtre donnant sur le reste du monde, quand l’électricité et l’éclairage public sont installés depuis un an seulement. Et pourtant, si nous rencontrons encore quelques femmes lavant leur linge dans la rivière, Pullcapillo possède également son propre système écologique de traitement des eaux.

La communauté évolue chaque jour entre tradition, modernité, et auto-durabilité. Nous aimons la résumer par tranquillité. Et si c’est bien ce qui caractérise aujourd’hui Pullcallpillo et toutes les autres communautés du fleuve, celles-ci n’en ont pas toujours bénéficié. Rencontre avec Cristian, 30 ans, et le moment de nous plonger dans le vif du sujet…

Années 80. La région de San Martin est la zone principale de production de coca et base de cocaïne du Pérou. Entre mafias et cartels, trafic de drogue, guérilla, terrorisme, et abandon de la région, les producteurs de coca vivent chaque jour dans la peur des conflits animés du territoire. Puis les années 90 arrivent, les État-Unis avec elles – premier consommateur mondial de cocaïne – marquant alors l’éradication progressive de la coca au profit de cultures alternatives. Aujourd’hui, le « modèle San Martin » fait figure d’une transition remarquable de la culture de coca à celle du cacao, aujourd’hui la principale économie de la région.

Somos une comunidad saludable : nous sommes une communauté saine. Voilà le leitmotiv de la transformation de Pullcallpillo. Alors, nous voulons en savoir un peu plus sur ce qui anime aujourd’hui et chaque jour cette petite communauté. Réunion générale, en hamac…

La réunion, c’est l’histoire d’une marque de chocolat suisse. En 2008, Éric et Quentin, tous deux impliqués le commerce équitable, rencontrent les producteurs de Pullcallpillo et de Santa Rosa, autre communauté du fleuve. Quelques années et des liens d’amitié plus tard, les règles du commerce de cacao vont changer. Ensemble, ils créent une entreprise et une marque de chocolat : Choba Choba. Bien plus que de simples fournisseurs de cacao, 36 socios se consacrent à une production directe et sans intermédiaire, deviennent actionnaires et prennent directement part aux décisions et aux bénéfices de l’entreprise. Un modèle économique alternatif. Cristian nous raconte…

Quand les prix d’achat du cacao sont toujours plus bas, l’industrie du chocolat, elle, génère chaque année des profits démesurés. Le travail, les connaissances et le savoir-faire des producteurs sont souvent loin d’être valorisés. Pourtant, une graine est plantée. L’empowerment des producteurs par l’entrepreneuriat constitue bel et bien une première piste à la valorisation de ceux qui cultivent au Pérou des variétés exceptionnelles de cacao. Mais pas seulement. À Pullcapillo, comme dans les autres communautés du fleuve Huayabamba, des milliers d’autres graines sont elles aussi en train d’être plantées…

 

7 août 2017 | Nuevo Chimbote

Une heure de bateau et deux heures de marche plus tard, nous voilà arrivés au sein de notre seconde communauté : Nuevo Chimbote.

Ici, les producteurs y cultivent le cacao mais aussi la banane, le « yucca » (variété de manioc), le café, la noix de coco ou encore l’arachide. Au delà des cultures, nous parlons cette fois de la forêt. Capirona, Estoraque, Cedro Nativo, Omasho, Huairo, Caoba, Quillo Sisa… Sous l’impulsion de l’association de préservation des producteurs de la communauté, ce sont des dizaines d’espèces d’arbres qui sont replantées et associées aux parcelles de culture, selon des vertus complémentaires (ombre, rétention d’eau, enrichissement des sols, etc.). Nous voilà plongés dans les systèmes agroforestiers…

Retour aux années 80. La production de coca est aussi synonyme d’une déforestation massive de la région. Alors que la transition vers le cacao s’opère, la coopérative ACOPAGRO, aujourd’hui l’une des plus importante de la région, est créée. Son objectif ? Valoriser la filière entre commerce équitable et agriculture biologique. En 2008, avec l’accompagnement de l’entreprise sociale française PUR Projet, le projet Alto Huayabamba vient renforcer sa démarche en soutenant la mise en place par les producteurs de systèmes agroforestiers, permettant alors de combiner la préservation de la forêt et de sa biodiversité avec le développement de cultures agricoles.

C’est l’opportunité pour ces communautés isolées de donner un nouveau visage à leur travail : celui d’une agriculture synonyme de reforestation. Et de la reforestation à la préservation, il n’y a qu’un pas…

 

9 août 2017 | Dos de Mayo

Ultime étape, ultime communauté : Dos de Mayo. Accompagnés de Winston, ingénieur en systèmes agroforestiers et gérant de l’association de protection des forêts communales Dos de Mayo-Alto Huayabamba (APROBOC), nous prenons la direction du poste de contrôle Pillco.

À l’entrée, quelques mots nous accueillent : “prenons soin du poumon de l’humanité”. Avec l’appui de surveillances satellites, des rondes sont organisées pour empêcher toute activité illégale dans la forêt, en premier lieu le braconnage et la déforestation destinée au marché du bois. Les producteurs de Dos de Mayo effectuent ainsi un roulement pour la protection de plus de 100 000 hectares de forêt. Nous avons rencontré plusieurs d’entres eux.

Si l’objectif initial du projet Alto Huyabamba était de faire de la région un modèle de développement socio-économique durable basé sur la mise en place de systèmes agroforestiers, depuis 2010, les producteurs de cacao ont également démarré un programme de conservation de plus de 300 000 hectares de forêt primaire. Et sous le financement de Pur Projet, les communautés se sont progressivement organisées en une fondation de droit local, La Fondation Amazonia Viva, pour coordonner la gestion durable de la zone. En 2014, celle-ci est certifiée projet de conservation forestière REDD+ Biocorredor Martin Sagrado, répartie en trois concessions : Martin Sagrado (Pulcapillo et Nuevo Chimbote), Montecristo et El Breo (Dos de Mayo) gérées respectivement par les coopératives ACOPAGRO et APAHUI, et l’association APROBOC.

Et en 2016, c’est l’aboutissement. L’UNESCO annonce l’enregistrement d’une zone de 2,4 millions d’hectares comme Réserve de Biosphère « Gran Pajatén » venant englober le projet REDD+. La reconnaissance officielle d’un projet global et communautaire de préservation de la forêt aux travers de modèles économiques alternatifs. Entre production de cacao, coopératives et associations, entrepreneuriat, agroforesterie, et conservation, le ‘Bosque Modelo Rio Huyabamba-Abiseo’ représente pour ses communautés l’opportunité d’inventer de nouvelles voies de durabilité et de valorisation de leur métier.

Producteurs et gardiens.

 

 

 

Sources : 

CHOBA CHOBA – www.chobachoba.com

PUR PROJET – www.purprojet.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *